> Actualité Manageria > Le jumeau numérique : Regards Croisés

Le jumeau numérique : Regards Croisés

Aurélie Dejean 16 mai 2018

Il y a quelques semaines se tenait à Villepinte la Global IndustriE où nous avons pu assister à la conférence sur le thème du Jumeau Numérique. Qu’est-ce que c’est, quels sont les enjeux, etc. ?

 

Le jumeau numérique, mais qu’est-ce que c’est ?

La notion de Jumeau Numérique ou Digital Twin est apparue au début des années 2000 et se définit par la possibilité de créer une expression numérique des informations d’un système physique.

Concrètement, le jumeau numérique peut se matérialiser par la représentation en 3D d’une future machine à installer au sein d’une usine ; une représentation dans l’espace pour se représenter la machine avec ses caractéristiques, le jumeau numérique étant alimenté des informations nécessaires et quotidiennes sur son environnement.

Optimisation…

Chez PSA, le jumeau numérique est utilisé comme outil de simulation dans l’optique de réaliser des gains d’optimisation. Le jumeau 3D leur permet de réaliser la représentation en virtuel de la réalité afin d’améliorer cette-dernière. Tout comme chez Thimonnier où il a permis l’optimisation des cadences, les réglages de bugs… c’est un gain de temps lors de la conception et de la mise en service de la machine réelle.

…et anticipation

Dans l’industrie en permettant la visualisation de la machine en 3D le jumeau numérique permet de réaliser différents scénarii de tests pour que les automaticiens et les roboticiens puissent palier toute éventualité. Cela permet de centraliser les flux de données pour piloter et optimiser la future installation de la machine. La modélisation en 3D existe depuis la fin des années 1990 et a permis un réel progrès des installations via l’anticipation des potentiels bugs. Cela fait économiser des temps d’arrêts sur la ligne du client.

 

A quel moment est utilisé le jumeau numérique dans l’industrie ?

Une utilisation en amont

« Idéalement il serait à utiliser dès la phase de validation avec le client, lors de la mise en place du cahier des charges des installations des machines spéciales. Les lunettes de réalité augmentée vont permettre de visualiser les futures machines afin de projeter le client dans son utilisation finale et qu’il puisse faire des modifications avant la réalisation du projet. » Sylvie Guinard, PDG – Thimonnier.

 

Quels sont les enjeux d’une telle innovation ?

Tout d’abord pour obtenir la fiabilité du jumeau numérique il est très important d’avoir toutes les données de l’environnement réel afin d’avoir une expérience réussie du jumeau numérique.

Selon Raphaël Contamin (Directeur BIM Factory – Engie Maxima), les principaux enjeux sont les suivants : plus de fiabilité, plus d’efficacité, plus de services (promotion, formation des utilisateurs, etc.). Afin d’améliorer l’expérience du jumeau numérique, son entreprise a mis en place une maquette 3D avec PID pour vérifier qu’il est bien conforme à la réalité et a investi dans un équipement de réalité augmentée.

Au niveau de l’emploi le jumeau numérique, et la digitalisation d’une manière plus globale, ont leurs impacts : le digital est aujourd’hui indispensable au quotidien dans nos métiers. Les métiers se transforment et de nouvelles fonctions se créent dont le rôle dans l’optimisation des processus d’industrialisation devient crucial.

 

Existe-t-il réellement un vrai jumeau numérique ?

« « Perception is reality », il n’y a pas de vrai jumeau car l’objectif est de créer une fausse représentation du réel pour pouvoir l’améliorer. » Jean-Yves Delaunay (Responsable du programme Usine du Futur – Groupe PSA). Il est important de rendre le jumeau fiable et sûr pour pouvoir exploiter les données. Pour cela il faut récupérer des informations quotidiennes via des moyens fiables pour être en mesure d’améliorer cet existant. Un nouvel enjeu se dessine puisqu’il est aujourd’hui nécessaire de s’approprier le jumeau sur le terrain et ainsi mettre en avant la formation des équipes de maintenance.

 

Sources :

[Certains éléments de réponses sont issus des interventions de : Raphaël Contamin (Directeur BIM Factory – Engie Maxima), Gérard Le Bihan (DG – Pôle Rennais Image & Réseaux), Sylvie Guinard, PDG – Thimonnier), Jean-Yves Delaunay (Responsable du programme Usine du Futur – Groupe PSA), Fabien Chiron-Lajenette (Responsable Informatique Industrielle – Gebo Cermex) lors de la Conférence Global IndustriE (mars 2018)]

Commenter