> Actualité Manageria > Attirer les Millennials pour stimuler l’innovation – L’analyse de Manageria & Wonderfoodjob

Attirer les Millennials pour stimuler l’innovation – L’analyse de Manageria & Wonderfoodjob

Aurélie Dejean 13 octobre 2017

Cécile Boulaire-Assouline et Christelle Thouvenin sont intervenues le 12 octobre à Caen dans le cadre d’une matinale organisée par le Pôle de Compétitivité Valorial à destination des étudiants de l’ESIX (Ecole Supérieure d’Ingénieurs de l‘Université de Caen Normandie) et de chefs d’entreprises agroalimentaires normandes.

 

  • Pour « booster » vos innovations, comment attirer les Millennials ?

La problématique posée était la suivante : « Pour booster vos innovations, comment attirer les Millennials ? ». Une problématique qui porte en elle un postulat selon lequel les Millennials seraient donc forcément des « boosters » d’innovation. Est-ce vrai ? Pourquoi ? Les Millennials sont-ils une condition nécessaire à l’innovation ? Sont-ils une condition suffisante ?  Comment les attirer et les fidéliser ?

Une matinée interactive pour sortir des clichés et mettre à disposition des entreprises une « boîte à outils »

A travers des jeux et un atelier interactif, la matinée a permis de démonter les clichés souvent peu flatteurs véhiculés par les médias sur les Millennials.

Elle a également été l’opportunité  d’expliquer, à partir de différentes études, les marqueurs générationnels qui caractérisent cette génération de profils très différents.

Les échanges ont enfin été l’occasion de valoriser le potentiel d’innovation des Millennials auprès des chefs d’entreprises qui ont pu en retour tester l’attractivité de leur propre organisation auprès des étudiants.

 

  • Les Millennials : un potentiel d’innovation très riche pour les entreprises

Les Millennials concentrent de nombreux marqueurs sociétaux doublés d’une construction qui les rend particulièrement perméables à l’innovation.

Hyperconnexion et collaboration

Elevés dans le monde de l’internet et hyperconnectés, ils ont développé une vraie aptitude à la collaboration qu’ils veulent retrouver dans les modes de travail en entreprise.

Espace-temps et immédiateté

Leur espace-temps est caractérisé par une culture digitale de l’immédiateté, de la récompense quasi-instantanée et par l’interconnexion de plusieurs écosystèmes. Cela explique en partie un tempérament plutôt entreprenant, une envie de projets stimulants et un besoin de reconnaissance et de « feedback » fréquent.

Marqueurs sociétaux et quête de sens

Pour autant, les Millennials ne sont pas autocentrés.  L’aptitude à faire bouger les lignes, issue d’une éducation différente de leurs aînés, et le fait qu’ils soient nés en même temps que l’émergence du Développement Durable, de la RSE, du Bio, du Commerce Equitable …les rendent particulièrement sensibles aux grands enjeux de sociétés. D’où une quête de sens très marquée avec la double envie de satisfaire des valeurs et un besoin d’accomplissement tout en prenant part à un collectif… à un projet…

Actifs et consommateurs

Ajouté à cela, les Millennials, qui représenteront 50% de la population active en 2020, « challengent » les modèles alimentaires en cassant les codes et en faisant valoir des attentes nouvellesDigital et alimentation se rencontrent à travers la prise et publication de photos de plats, l’utilisation d’applications culinaires ou alimentaires, le recours régulier à la livraison de repas… Un repas gastronomique peut se prendre assis sur des cartons pour fêter un emménagement… C’est aussi l’arrivée de fast-food haut de gamme qui privilégient l’expérience…

Ils sont donc bien « boosters » d’innovation, incontournables par leur nombre et leur fonctionnement. Pour autant, s’ils sont une condition nécessaire à l’innovation, ils n’en sont pas encore une condition suffisante.

En effet, l’innovation ne peut émerger que dans un contexte propice. C’est pourquoi, les entreprises qui veulent attirer les Millennials doivent aussi se transformer. D’une part pour répondre aux attentes et besoins de réalisation des Millennials et pouvoir ainsi bénéficier de leurs apports en termes d’innovation. D’autre part pour répondre aux besoins d’un marché dans lequel les chaînes de valeur traditionnelles se réinventent avec le digital, la robotisation, l’intelligence artificielle et les nouvelles attentes des consommateurs : naturalité, pureté, praticité, immédiateté, hyperpersonnalisation, bio, véganisme, respect des exigences environnementales, hybridation, nutrition, local …

 

  • Les entreprises doivent se transformer pour attirer les Millennials

Pour attirer les Millennials, plusieurs champs de réflexion peuvent être investis par les entreprises (en fonction de leurs besoins), parmi lesquels :

Un projet d’entreprise inspirant

Ce dernier peut être repensé au regard des valeurs, de la philosophie du créateur, du sens du projet de l’entreprise dans la société et de son impact environnemental. L’idée est de donner des points d’accroche affinitaires aux jeunes gens afin qu’ils puissent se projeter et s’engager parce que le projet d’entreprise fera écho à leur quête de sens et à leur besoin de réalisation. Ce projet doit donc être inspirant.

Ressources Humaines : vers une Relation B to E

L’idée est de faire des Ressources Humaines ou du dirigeant un acteur de la relation Business to Employee, (B to E) de la même manière que l’on considère un client en essayant de répondre à ses attentes. Cette relation peut se construire autour de l’expérience candidats et employés, du développement des compétences, de l’inclusion à des cercles privilégiés, d’une politique en faveur de la Qualité de Vie au Travail, de l’accompagnement au management et de divers avantages …

Former les managers pour accueillir les Millennials et former les Millennials au management

Les Millennials attendent de l’écoute, des retours et de la reconnaissance de la part de leur manager. Mais ils veulent aussi rapidement accéder à des postes de management.

Repenser le management doit se faire en lien avec les Ressources Humaines et l’Organisation. Il s’agit d’une part de permettre aux managers de mieux cerner les besoins, leviers de motivations et ressorts d’engagement profonds de cette jeune génération. Il s’agit d’autre part d’accompagner les jeunes générations dans des postes de management hiérarchiques ou transversaux en leur donnant des clefs de lecture psychosociales : toutes les générations des entreprises doivent pouvoir se sentir à l’aise et comprises dans leurs cheminements de vie.

Le défi est de taille ! En effet le management devra de plus en plus intégrer des critères de gestion de la transformation, agilité, management générationnel… sans oublier la Qualité de Vie au Travail et le Care Management,  c’est-à-dire la gestion préventive des situations difficiles, avec les questions soulevées par des salariés-aidants qui seront bientôt au nombre de 1 sur 4…

L’organisation : décloisonnement, disruption, open-innovation et flexibilité

L’organisation peut-être également un point très important à faire évoluer, dans le cadre d’une conduite du changement, pour attirer les Millennials. Selon les organisations concernées, il peut s’agir du point le plus délicat. Tout d’abord, il commande au management et aux RH. Mais surtout, il oblige aussi les générations précédentes à faire un effort certain pour sortir des cadres dans lesquels elles ont évolué pendant des années.

Ainsi, l’organisation idéale pour attirer les Millennials est sans doute une organisation plate, – ou avec très peu de niveaux hiérarchiques –  et connectée à plusieurs écosystèmes.

Ainsi décloisonnée, elle est propice à l’émergence de l’innovation car elle stimule la collaboration de métiers différents. Ouverte à l’open-innovation, elle libère un champ de créativité par un fonctionnement transversal et disruptif qui permet l’hybridation. Elle est aussi flexible avec des modes de travail à distance en home office ou coworking ; et agile pour apporter des réponses rapides au marché.

Une marque employeur forte, singulière, inspirante et cohérente avec la réalité

Reste à faire savoir aux Millennials que des projets stimulants et porteurs de sens les attendent dans les entreprises agroalimentaires !

Pour cela, l’idéal est de mettre en place une stratégie de marque employeur en cohérence à la fois avec la réalité de l’entreprise, mais aussi avec toutes les autres actions de communication.

Les messages doivent être alignés avec le projet d’entreprise et valoriser les points d’accroche pour les Millennials. Les supports ou outils doivent être choisis minutieusement de sorte que les Millennials viennent vers les entreprises avant qu’elles n’aient à les rechercher.

Voici quelques éléments qui peuvent aider à améliorer la marque-employeur :

  • Monitoring et amélioration de l’expérience candidat et employé qui sont des ambassadeurs de l’entreprise : offres d’emplois inspirantes, processus de recrutement rapides, retours candidats, intégration, développement des compétences, prise en compte des attentes et besoins, co-construction des missions…
  • Mise en cohérence des sites corporate, site employeur, réseaux sociaux et blogs
  • Diffusion de contenus connexes à l’activité de l’entreprise en lien avec les préoccupations de la cible des Millennials : food, innovation, emploi, agroalimentaire, sujets sociétaux…
  • Présence sur les médias lus par les Millennials
  • Participation à des salons, formations, hackathons, forums,
  • Participation à des prix valorisant les entreprises

La relation entreprise/candidat s’est rapprochée d’une relation entreprise/consommateur. De la même façon que le digital a remis le client et ses attentes au centre des préoccupations des entreprises, il a redonné le pouvoir aux candidats et aux employés. L’entreprise n’a pas le choix : elle doit s’adapter si elle veut attirer et conserver des talents, d’autant que la proportion de Millennials dans la population active va aller croissante dans les années qui viennent. Ce n’est pas simplement une question qui concerne l’innovation. C’est tout simplement une question de pérennité.

A vous de jouer !

 

Pour en savoir plus 

Christelle Thouvenin, Solutions RH pour la Communauté agroalimentaire

Commenter